in

Cette femme lutte contre le viol en permettant à des étrangers de toucher son vagin

La sexualité dans l’art est une chose très personnelle. Elle peut être exprimée, et bien sûr, interprétée de diverses manières. Mais, que se passe-t-il quand une femme met sa sexualité en pleine exposition pour le monde entier ?

Une exposition insolite

L’artiste suisse Milo Moiré ne fait pas partie de ceux qui ont peur de s’exprimer. Récemment, cette femme de 32 ans a voulu enseigner aux gens des choses sur un sujet sensible : le consentement.

 

La plus récente performance d’art public de Moiré est en fait la « Mirror Box » (La boite à miroir). Bien qu’étrange, cette œuvre est une déclaration complexe sur le sexe, l’acte, et bien sûr, le consentement.

« Que se passe-t-il si la sexualité d’une femme est exposée publiquement, et que c’est elle qui prend l’initiative, créant ainsi des règles claires pour l’échange intime ? » Peut-on lire sur son site Web en ce qui concerne son exposition publique.

Pendant le spectacle, Moiré portait une boîte à miroir sur sa poitrine et son vagin, et parcourait les rues. La Suissesse a ensuite invité de parfaits inconnus hommes et femmes, à toucher ses seins et son vagin à travers les ouvertures des boîtes.

De plus, il y avait des caméras dans les boîtes pour enregistrer toute l’expérience.

Une lutte pour la sexualité des femmes

« Je me tiens ici aujourd’hui pour les droits des femmes et l’autodétermination sexuelle. Les femmes ont une sexualité, tout comme les hommes en ont une. Cependant, les femmes décident elles-mêmes quand et comment elles veulent être touchées, et quand elles ne le veulent pas. », c’est ainsi que s’est exprimée l’artiste dans les rues animées de la ville.

Il y avait quelques règles, cependant. Moiré a invité les étrangers à la toucher pendant un maximum de 30 secondes, pas une seconde de plus. Et comme vous le voyez sur les images, un groupe de personnes a accepté son offre.

Dans une interview, Moiré a déclaré que lors de sa performance à Düsseldorf, en Allemagne, avec la « Mirror Box » sur ses seins, environ 40% des personnes qui ont touché ses seins étaient des femmes, alors qu’à Amsterdam et à Londres, seulement deux participantes ont mis la main dans la « Mirror Box ».

Grâce à sa performance, Moiré a souhaité montrer aux gens ce que le consentement signifie vraiment. De plus, l’artiste affirme qu’elle rend en même temps hommage à l’artiste autrichienne Valie Export, qui s’est battue pour les droits des femmes dans les années 1960 grâce à son œuvre.

Une exposition qui ne date pas d’hier

Apparemment pendant les années 60, Valie Export a fait quelque chose de similaire. En 1968, elle se tenait dans les rues de Vienne avec une boîte en styromousse couvrant ses seins, invitant les étrangers à les toucher.
« La performance de la « Mirror Box » montre que les femmes sont des partenaires dans la sexualité, pas seulement des réceptrices. » a déclaré Moiré à ATTN, ajoutant : « En tant que femme, j’ai, comme tout homme, le pouvoir et le droit de posséder une nature sexuelle, et je dois être consentante avant d’avoir des relations sexuelles.».

Selon Moiré, les gens qui mettent la main dans la boîte doivent la regarder dans les yeux, il doit y avoir une interaction. Elle dit qu’à travers le contact visuel et le feedback, elle a pu voir les gens, mais aussi de dire clairement ce qu’elle aime, puisque c’est un acte naturel.

Moiré a-t-elle déjà eu peur pour sa sécurité ?

« Comme je me produis habituellement en public, j’ai appris à gérer les soucis concernant ma sécurité. Cependant, Mirror Box était ma performance la plus intime, et j’ai tout préparé méticuleusement. Mon petit ami est toujours à mes côtés. Rien de vraiment dangereux n’est arrivé, heureusement. ». a-t-elle expliqué à ATTN.

Cependant, ce n’est pas la première fois que Moiré préconise publiquement l’égalité des sexes. Il y a quelques mois, après l’agression sexuelle de   presque 1 000 femmes le soir du Nouvel An dans une gare en Allemagne, Moiré se tenait complètement nue brandissant une pancarte qui disait : «Respectez-nous ! Nous ne sommes pas un jeu même quand on est nues !».

Parlant de son arrestation à Londres au cours de sa performance publique, elle a dit à ATTN: «Être dans une cellule est une expérience horrible. Néanmoins, je prendrai à nouveau le risque, car pour moi le but est trop important. En fin de compte, je vois que l’espoir guide plus mes performances que la peur. Voyant que mon art se popularise, j’ai été surprise et heureuse du nombre de personnes dans le monde, et beaucoup de femmes, ont reçu mon message !».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les 10 choses étranges que toutes les femmes font en secret

Un tueur silencieux que la plupart des femmes portent