in

Kebab: Les eurodéputés régularisent de justesse l’usage des additifs controversés

Chose plutôt rare, la loi européenne se met en conformité avec la pratique et non l’inverse. Pour le meilleur… ou pour le pire. Les additifs chimiques à base de phosphates utilisés dans la préparation des kebab vont en effet être autorisés dans l’Union européenne, le Parlement européen ayant échoué ce mercredi, de justesse, à bloquer cette mesure.

Ces additifs phosphatés sont nécessaires pour mieux structurer les morceaux de viande sur la « broche verticale » du kebab. Dans les faits, nombre d’établissements les utilisent déjà, même si les textes européens ne l’autorisaient pas jusqu’à présent. L’initiative de l’exécutif européen visait donc à régulariser la situation existante.

Le veto contre la régularisation des phosphates rejeté à trois voix près

Des élus de gauche au Parlement ont néanmoins lancé une offensive pour tenter de mettre un veto à cette initiative qu’ils jugent dangereuse pour la santé des consommateurs. Le veto aux phosphates a été approuvé par 373 voix sur 675 votants, soit une nette majorité. Mais cela n’a pas suffi. Car, en vertu des règles européennes, il aurait fallu qu’il en obtienne 376 (soit la majorité absolue des 751 eurodéputés) pour être adopté.

Il n’y aura « pas d’impact significatif sur l’exposition globale (de la population) » à ces substances, a assuré de son côté le commissaire chargé de la sécurité alimentaire, Vytenis Andriukaitis.

Si c’était dangereux, « ça fait longtemps que nous serions tous très malades »

Plusieurs médias européens, notamment en Allemagne, avaient donné un large écho à cette initiative anti-phosphates, parfois en la déformant. C’est le cas du quotidien populaire allemand Bild qui avait ainsi affirmé, à tort, que le Parlement européen s’apprêtait à interdire les kebab.

Si les additifs chimiques dans les kebab étaient « si dangereux pour la santé, ça fait longtemps que nous serions tous très malades », a raillé la députée conservatrice allemande Renate Sommer. Des « milliers d’emplois » étaient en jeu, selon elle. A l’inverse, pour sa compatriote sociale-démocrate Susanne Melior, l’autorisation délivrée par la Commission européenne est « précipitée et inutile ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Elle n’est plus toute jeune mais elle ressemble à un enfant. Le secret est dans cet ingrédient…

Voici le genre de maman que vous allez être selon votre signe du zodiaque